DÉFINITIONS ET MOTS CLÉS

Activités à base communautaire  Ce sont des actions à entreprendre dans le cadre de la mise en œuvre d’une activité notamment les tâches concrètes à réaliser au niveau de la communauté comme l’orientation des cas présumés, le suivi du traitement, la recherche active des perdus de vue, la distribution des produits pour la prévention et les activités promotionnelles de santé.
Agent communautaire de recherche active (ACRA) Un agent communautaire de recherche active (ACRA), appartient à une OBC dans le cadre de la mise en œuvre des activités communautaires de lutte contre la tuberculose, à travers les techniques C4D et de mobilisation sociale. Il assure la liaison entre la communauté, les ASC et les centres de santé. 

L’ACRA doit répondre au profil et critères d’éligibilité des ASC et avoir un niveau de scolarité suffisant pour mettre en œuvre la stratégie communautaire de lutte contre la Tuberculose.  

L’ACRA travaille en milieu urbain et périurbain. Son rôle est : 

  • la sensibilisation de proximité, 
  • l’appui et le suivi des ASC de leur zone d’intervention,
  • l’identification et la référence des cas présumés de tuberculose vers les CDT,  y compris la collecte et le transport des crachats de la communauté vers les CDT,
  • le suivi du traitement des malades, 
  • la contribution aux enquêtes de dépistage systématique de la tuberculose parmi les sujets-contacts et les groupes à haut risque, 
  • le soutien par l’éducation pour assurer l’adhésion au traitement, 
  • la relance des malades absents au traitement, 
  • l’implication des leaders communautaires et religieux, 
  • l’implication et l’appui des praticiens de la médecine traditionnelle,
  • renseigner les outils de collecte et de traitement des données. 
Approche de santé communautaire Il s’agit de l’ensemble des activités menées pour qu’une communauté participe à la mise en place, à l’utilisation et à la gestion des services de santé communautaire. Pour ce faire, les COSA, les CDS et éventuellement les partenaires techniques et financiers tiennent des rencontres avec les leaders communautaires. Lors de ces rencontres, les rôles et responsabilités assignés à chaque acteur de mise en œuvre sont clarifiés et convenus.
Agent de Santé Communautaire (ASC) L’ASC est un membre de la communauté accomplissant les rôles qui lui sont assignés pour le développement des activités de mobilisation communautaire. L’ASC est polyvalent et doit être capable, à l’issue du renforcement de ses capacités techniques et opérationnelles, de mettre en œuvre des interventions de plusieurs programmes au sein de sa communauté.

Les ASC doivent répondre au profil et critères d’éligibilité suivants :

- Être un homme ou une femme appartenant et vivant dans la communauté concernée ;

- Être de bonne moralité ;

- Être volontaire ;

- Être en bonne santé ;

- Savoir lire et écrire le français ou l’anglais et s’exprimer dans les langues de sa communauté ;

- Avoir une occupation donnée au sein de cette communauté qui lui produit un revenu ;

- Être choisi et accepté par la communauté ; 

- Connaitre les us et coutumes de la communauté concernée ; 

- Être disponible pour rendre service à sa communauté ; 

- S’intéresser aux problèmes de santé publique qui affectent la communauté ; 

- Ne pas exercer des activités parallèles dans le domaine de la santé ;

- Ne pas être membre d’une structure de dialogue.

L'ASC est le premier point de contact de la communauté avec le système de santé comme c'est le cas dans les zones rurales enclavées et difficiles d'accès pour offrir leurs services aux communautés vulnérables. A ce titre, l'ASC joue le rôle de mobilisateur communautaire des populations en vue de l'utilisation des services de santé dans les formations sanitaires (ex. femmes enceintes en CPN, enfants moins de 5 ans au PEV, cas de paludisme, orientation des cas présumés de TB, suivi des malades TB et VIH sous traitement, etc.).

Tenant compte des directives nationales (8,9), la sélection des agents de santé communautaire dans chaque localité est faite sur la base d’un processus participatif et inclusif. Dans un souci de reconnaissance sociale et de pérennisation des actions de santé de l’ASC, la communauté doit, après notification des critères de sélection et du profil des agents par le Chef de l’aire de santé, choisir la personne acceptée par les populations et répondant aux différents critères.

Cas index de TB  Le cas index est défini comme un malade de TB faisant partie des catégories suivantes : 

1. malade ayant été enregistré dans le registre TB comme cas de tuberculose pulmonaire bactériologiquement confirmée (cas contagieux) ;  

2. enfant de moins de 5 ans avec une tuberculose toutes formes confondues ; 

3. malade TB/VIH ; 

4. malade ayant une TB-MR/RR ou une TB-UR 

Cas présumé TB  Il s’agit d’un sujet ayant au moins un des signes et symptômes évocateurs de tuberculose : 

    • Toux qui persiste plus de 2 semaines 
    • Une perte de poids anormale 
    • Fièvre persistante 
    • Sueurs nocturnes  
    • Sang dans le crachat 
  • Douleurs thoraciques

La présence d’une toux qui persiste plus de 14 jours est suffisante pour définir le sujet comme étant un cas présumé de tuberculose. 

Cas référé   Il s’agit d’un sujet ayant été identifié par un agent communautaire comme étant par exemple un cas présumé de tuberculose et pour lequel il a été rempli une fiche de référence à l’attention de l’agent de santé. Les raisons de la référence peuvent être : sujet présentant les signes et symptômes évocateurs d’une tuberculose active, sujet contact d’un cas index, malade TB irrégulier ayant été retrouvé par l’agent communautaire. 
Cas source Il s’agit d’une personne ayant une tuberculose pulmonaire bactériologiquement confirmée (donc contagieuse) ou d’un cas de TB ayant des images excavées à la radiographie pulmonaire qui a transmis l’infection à un ou plusieurs sujets.
Dépistage systématique à la recherche d’une TB active chez les sujets-contact Dépistage systématique visant à déceler les cas non diagnostiqués de TB chez les contacts d'un cas index. L'objectif inclut également l’identification des possibles candidats pour un traitement préventif.

Le dépistage systématique a deux composantes : 

1. identification de contact et priorisation ; 

2. évaluation clinique et diagnostique.

L’ACRA et l’ASC peuvent appuyer les prestataires de soins dans l’identification et dans la référence des sujets.  

Le dépistage est en principe à l’initiative du prestataire de soins et il est offert gratuitement aux sujets-contact étroits.

Engagement communautaire  Le terme engagement communautaire sert à indiquer le partenariat et le partage des responsabilités avec les services de santé dans la lutte contre les maladies. 
Enquête des cas sources  C’est une investigation menée auprès des sujets-contact afin d’identifier et de traiter le cas source de propagation de l’infection. L’ACRA ou l’ASC correctement formé peut réaliser cette enquête en collaboration avec les prestataires de soins. 
Groupe à risque On peut définir comme groupe à risque de TB n’importe quel groupe de personnes dont l’incidence de la TB est plus élevée que celle de la population générale. Il peut s’agir d’un groupe de personnes ayant en commun un facteur de risque spécifique au niveau individuel (par exemple l’infection VIH, le diabète, la malnutrition), ou de personnes vivant dans un site géographique spécifique (par exemple dans un bidonville urbain ou travaillant dans les mines) ou dans une institution (par exemple une prison) en association avec un fardeau élevé de TB. 

Le PSN TB prévoit les groupes à risque suivants : PVVIH, sujets contacts, habitants des quartiers précaires, détenus, refugies, enfants de moins de 5 ans, personnes qui fréquentent les services de santé.  

Intégration des interventions  C’est la mise en commun des ressources humaines, techniques, matérielles et financières pour la mise en œuvre de deux ou plusieurs interventions ou programmes. C’est le fait pour un ASC de mettre en œuvre un paquet d’activités qui inclut tous les programmes de santé. 

Le but de l’intégration est d’accroître l’efficience dans l’utilisation des ressources disponibles, l’efficacité dans l’atteinte des objectifs et de coordonner la participation des partenaires afin de réduire la morbidité et la mortalité au sein des communautés.

Interventions Sous Directives Communautaires  Une ou plusieurs prestations sanitaires menées au niveau communautaire et sous l’égide de la communauté elle-même. 

La différence entre les concepts de : « à base communautaires » et « sous directives communautaires » se situe au niveau de l’appropriation par la communauté ; « sous directives communautaires » étant le niveau maximal d’appropriation.

Organisations non gouvernementales (ONG) Terme générique pour les organisations d'intérêt public ne relevant ni de l'État ni d'une institution internationale. Principaux critères définissant les ONG : origine privée de leur constitution, but non lucratif, indépendance financière, indépendance politique, notion d'intérêt public. 
Organisation à base communautaire (OBC) Ensemble des différents intervenants de la société civile (ONG, OSCD, syndicats, associations sportives et culturelles, groupements de femmes, organisations confessionnelles, associations de populations autochtones, fondations, etc.) qui agissent dans un pays ou dans un domaine donné. Elles constituent des acteurs importants dans la fourniture de services sociaux et plus généralement la mise en œuvre de programmes de développement.

Les membres appartiennent à la communauté et l’on peut donc considérer que ces instances représentent directement la population. 

Participation communautaire  Processus interactif par lequel la communauté et l’État représenté par les personnels de santé, œuvrent ensemble pour promouvoir la santé et résoudre les problèmes de besoins en santé de la communauté dans un esprit de partenariat et de respect mutuel.

Elle intègre trois composantes à savoir, la cogestion, l’offre de services et de soins de santé et le cofinancement. 

C’est l’engagement actif de la population locale à prendre en charge leur propre santé et leur bien-être. 

Patient TB déclaré guéri Un patient atteint de tuberculose pulmonaire chez qui l’affection a été confirmée bactériologiquement en début de traitement et qui présente des résultats négatifs (selon l’examen des frottis ou la mise en culture) au cours du dernier mois de traitement et au moins une fois auparavant est déclaré guéri.  
Patient TB déclaré traitement terminé  Le patient tuberculeux qui a terminé le traitement sans signe d’échec, mais dont on ne dispose pas de données indiquant que les résultats de l’examen de frottis ou de la mise en culture ont été négatifs au dernier mois de traitement et au moins une fois auparavant, est déclaré traitement terminé (soit parce que les tests n’ont pas été réalisés soit parce que les résultats ne sont pas disponibles). 
Recherche active des cas de TB Une recherche « active » des cas de TB est souvent utilisée comme un synonyme de dépistage alors qu’elle implique habituellement un dépistage en dehors des services de santé.
Recherche passive des cas de TB On considère conventionnellement comme recherche « passive » des cas la recherche de TB principalement parmi les personnes qui recourent activement à des soins en raison de symptômes compatibles avec la TB. En principe, il s’agit là d’une voie vers le diagnostic de TB à l’initiative du patient.
Santé communautaire La santé communautaire est un domaine de la santé publique qui implique une réelle participation de la communauté à l’amélioration de sa santé par la réflexion sur les besoins et les priorités, la mise en place, la gestion et l’évaluation des activités. On parle de santé communautaire quand les membres d’une collectivité, géographique ou sociale, réfléchissent en commun sur leurs problèmes de santé, expriment des besoins prioritaires et participent activement à la mise en place et au déroulement des activités les plus aptes à répondre à ces priorités.
Screening pour la tuberculose Il s’agit d’une recherche active des signes et symptômes évocateurs de la tuberculose aboutissant à un dépistage systematique des cas présumés de TB (confère définition de cas présumé).  
Société civile  La société civile est l'ensemble des acteurs, des associations, des organisations, des mouvements, des lobbies, des groupes d'intérêts plus ou moins formels, qui ont un caractère non gouvernemental et non lucratif. Elle constitue une forme d'auto-organisation de la société en initiatives citoyennes en dehors du cadre étatique ou commercial. Ses objectifs sont fondés sur l'intérêt général ou collectif dans des domaines variés: sociopolitique, solidaire, humanitaire, éthique, sanitaire, juridique, environnemental, scientifique, culturel. 

La société civile regroupe notamment les organisations syndicales et patronales, les organisations non gouvernementales (ONG), les associations professionnelles, les organisations caritatives, les organisations de base, les organisations qui impliquent les citoyens dans la vie locale et municipale. 

Soins de Santé Primaires Il s’agit des soins de santé essentiels fondés sur des méthodes et une technologie pratique, scientifiquement viables et socialement acceptables, rendus universellement accessibles aux individus et aux familles dans la communauté par leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays puissent assumer à chaque stade de leur développement, dans un esprit d’auto responsabilité et d’autodétermination.
Stigmatisation  La stigmatisation est liée à l’ignorance, aux mythes et aux idées fausses concernant la maladie tuberculose. Les personnes pensent souvent qu’elle est incurable, une maladie liée aux mauvais comportements ou une punition de Dieu. La stigmatisation affecte l’accès aux services antituberculeux sous des formes différentes : peur à aller dans les centres de diagnostic et de traitement pour se faire soigner, mauvaise observance au traitement, …
Stratégie harmonisée des interventions communautaires Stratégie ayant comme objectif général d’assurer qu’au moins 80% de la population adopte des pratiques favorables à la promotion des comportements sains, à la prévention et à la prise en charge intégrée des maladies (Paludisme, Infections Respiratoires Aigües, Diarrhées, Tuberculose, VIH/SIDA, Malnutrition, Onchocercose, maladies évitables par la vaccination …) au niveau communautaire, particulièrement dans les régions prioritaires d’intervention.
Succès au traitement La somme des patients déclarés guéris et des patients déclarés traitement terminé constitue le succès au traitement.  
Sujet contact étroit d’un cas index de tuberculose Le sujet contact étroit est : 

Sujet qui a partagé un espace fermé pour au moins un jour ou une nuit dans les trois mois précédant le début du traitement du cas index.

Par exemple : 

- sujet habitant dans la même maison et qui partage un espace fermé (chambre, etc.)

- étudiant partageant la même chambre qu’un cas index

- enfant scolarisé (école, Dahra, internat, …) d’une même classe dont l’enseignant ou l’un des élèves présente une forme de TB contagieuse ; 

- collègue de travail du cas index si le travail est fait dans un espace fermé (bureau, usine, atelier, etc.) ; 

- sujet hospitalisé dans la même chambre d’un cas index ; 

- détenu dans la même cellule qu’un cas index.

Tuberculose pulmonaire  La tuberculose pulmonaire désigne tout cas de tuberculose confirmé bactériologiquement ou diagnostiqué cliniquement dans lequel le parenchyme pulmonaire ou l’arbre trachéobronchique est touché. La tuberculose miliaire est considérée comme une forme pulmonaire car elle entraîne des lésions sur les poumons. Un patient présentant à la fois une forme pulmonaire et une forme extrapulmonaire devrait être classé avec les cas de tuberculose pulmonaire.  
Tuberculose extrapulmonaire La tuberculose extrapulmonaire désigne tout cas de tuberculose confirmé bactériologiquement ou diagnostiqué cliniquement dans lequel d’autres organes que les poumons sont touchés (par exemple la plèvre, les ganglions lymphatiques, l’abdomen, les voies génito-urinaires, la peau, les articulations et les os, les méninges).

L’adénopathie tuberculeuse intrathoracique (médiastinale et/ou hilaire) et l’épanchement pleural tuberculeux, sans anormalité radiographique des poumons, constituent également des cas de tuberculose extrapulmonaire.

Tuberculose pulmonaire confirmée bactériologiquement On parle de cas de tuberculose pulmonaire confirmée bactériologiquement lorsque la positivité de l’échantillon biologique a été établie par examen microscopique de frottis, mise en culture ou Test de diagnostic rapide approuvé par l’OMS (par exemple Xpert MTB/RIF- TB Lamp). Ces cas devraient à chaque fois être notifiés, que le traitement ait ou non commencé. Il s’agit des cas considérés comme étant contagieux.
Tuberculose pulmonaire diagnostiquée cliniquement  Un cas de tuberculose pulmonaire diagnostiquée cliniquement désigne un sujet qui ne remplit pas les critères de confirmation bactériologique, mais chez qui la forme évolutive a été diagnostiquée par un clinicien ou un agent de santé formé, lequel a décidé de mettre en place un traitement antituberculeux complet. Les cas diagnostiqués cliniquement dont la positivité bactériologique est établie par la suite (avant ou après la mise en route du traitement) doivent être reclassés avec les cas confirmés bactériologiquement.
Traitement préventif pour la tuberculose   Il s’agit de la thérapie offerte aux sujets infectés qui sont considérés comme étant à risque de développer la maladie de la tuberculose comme par exemple les enfants de moins de 5 ans. Bien que ce traitement soit appelé « traitement préventif » par convention, il est en fait un traitement pour une infection tuberculeuse latente.
HAUT