PROJET OKIRI

La coordinatrice exécutive d’AJESSEY s’est rendue dans la région de l’Est, dans le cadre du renforcement de la collaboration avec les organisations partenaires locales. Ce fut un moment d’échanges chaleureux et constructif avec les enfants et leurs parents, et un moment de partage satisfaisant, qui rentre en droite ligne avec la politique de développement et de vision partagée du monde et qui vise la réduction de la vulnérabilité.

Au cours de cette visite, notamment dans la localité d’Adia, plusieurs activités ont constitué l’objet de notre présence. L’objectif général de cette journée de partage est de susciter le dialogue sur les conséquences relatives à plusieurs fléaux sociaux, avec plusieurs objectifs spécifiques. Précisément, il s’est agi entre autres : d’informer les familles et les communautés sur les droits fondamentaux de l’enfant, de promouvoir l’égalité aux enfants qu’ils sont tous égaux, de promouvoir la protection des droits de et l’égalité des enfants et enfin d’apporter un appui psychosocial nutritionnel. Il convient de rappeler que si au cours des premières années, la prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables au Cameroun s’est surtout appuyée voire focalisée sur les orphelins directement touchés par l’infection à VIH/SIDA, l’orphelin et enfant vulnérable (OEV) peut se définir aujourd’hui comme tout enfant âgé de moins de 18 ans, se trouvant dans une des situations suivantes : le décès de l’un ou des deux parents ou tuteur légal ; l’infection par le VIH de l’enfant ; l’infection par le VIH d’un membre de la communauté; l’indigence des parents (géniteurs, familles d’accueil, parrains, structures d’accueil).

Néanmoins, la considération de l’OEV va ainsi au-delà du simple lien direct avec l’infection à VIH/sida, pour couvrir un ensemble plus large d’enfants dépourvus d’un encadrement familial et se retrouvant dans une situation de précarité. A cet effet, un ensemble de besoins a été identifié concernant notre cible principale qui est l’enfant détresse et qui se décline en dix points à savoir :

- Le premier besoin de l’OEV sera sa réinsertion, afin de nouer et/ou renouer le contact physique, psychologique et social avec son environnement immédiat, et sa communauté et la société toute entière.
- Le second besoin sera sa nutrition, afin d’assurer sa survie pour résister aux agressions extérieures, susceptibles d’impacter négativement sur son physique ou son mental.
- Le troisième besoin sera un accompagnement affectif, émotionnel psychologique et social. Ce besoin est fondamental pour son équilibre, qui du fait de son immaturité, manque encore de repères nécessaires pour la vie en société. La vulnérabilité ayant pour conséquence, l’interruption, voire un arrêt du processus de développement intégral de l’enfant ; rien de durable ne saurait dès lors être envisagé en dehors de l’intérêt supérieur de ce dernier.
- Le quatrième besoin sera d’assurer à l’enfant des soins de santé adéquats, car les conditions précaires dans lesquelles il vit l’exposent à divers maux qui sont à la base de différentes affections pouvant conduire à sa mort.
- Le cinquième besoin sera d’assurer son éducation. Au-delà de l’instruction de base dont l’accès est garanti pour tous les enfants au Cameroun, dans un environnement décent et valorisant qui facilite sa socialisation est indispensable.
- Le sixième besoin sera l’acquisition des « life skills » qui permettraient de s’auto prendre en charge très tôt dans la vie et de disposer des mécanismes de fructification des biens disponibles ;
- Le septième besoin sera la protection de ses droits en vue de le mettre à l’abri des cas de violence, de discrimination et de stigmatisation :
- Le huitième besoin sera sa réhabilitation en vue de réparer ses tares physiques, mentales ou sociales :
- Le neuvième besoin sera le renforcement socio-économique afin de palier la rareté des ressources au sein des familles et faciliter l’accès des OEV aux services sociaux de base.
- La dixième besoin sera l’accès à l’habitat pour garantir et/ou assurer à l’OEV, un cadre physique et humain sécuritaire pour son plein épanouissement. Dans notre organisation, les interventions en direction des OEV ont pour principal principe directeur l’équité et sont focalisées sur l’enfant, centrées sur la famille et basées sur la communauté. La focalisation sur l’enfant implique que toutes les interventions et activités visent son intérêt supérieur, et sont orientées sur ses besoins fondamentaux, en tenant compte de l’âge, sexe, stade de développement.

Les principaux services offerts aux OEV portent sur la facilitation de l’accès aux services sociaux de base (santé, scolarité, nutrition, logement et autres besoins matériels de base), l’encadrement psychosocial, la protection des droits (lutte contre la stigmatisation, assistance judiciaire, facilitation de l’enregistrement des naissances …), le renforcement des capacités des familles.

HAUT